[ SkipToMainMenu ]

Le jeudi 15 mars 2012 - Mme Flora Thibodeau: Félicitation à l'occasion de son cent onzième anniversaire

Mme Flora Thibodeau

Félicitations à l'occasion de son cent onzième anniversaire

L'honorable Rose-May Poirier : Honorables sénateurs, je suis heureuse d'avoir l'occasion de poursuivre le discours que j'ai amorcé hier sur la vie de Mme Flora Thibodeau.

(1340)

Nous savons tous qu'il n'est pas facile d'élever seule sept enfants. Mme Thibodeau a parfaitement réussi à élever les siens tout en faisant carrière. Sur ces sept enfants six ont terminé la 12e année, mais un éprouvait des problèmes de santé. À l'époque, les enfants allaient à l'école à Rogerville jusqu'à la huitième année, puis ils devaient aller à Tracadie pour poursuivre leur scolarité jusqu'à la 12e année.

J'ai demandé à Mme Thibodeau de me révéler le secret de sa longévité et de sa santé, car, après tout, elle est la plus vieille Canadienne née au Canada et vivant toujours au pays. Elle m'a dit qu'elle n'avait aucun secret. Elle a toujours mangé ce qu'elle voulait et est restée active. L'an dernier, à l'occasion de son 110e anniversaire, elle est même allée manger dans un restaurant du coin. Elle a toujours été très indépendante, et m'a avoué que ce qu'elle trouve le plus difficile, depuis son 100e anniversaire, c'est de parfois devoir demander de l'aide.

 

Elle adore la compagnie et, cette année, elle a reçu la visite de nombreux députés provinciaux et fédéraux, de sénateurs, de quelques premiers ministres, de journalistes et de nombreux parents et amis.

Pour conclure, j'aimerais souligner, honorables sénateurs, que deux des petits-enfants de Mme Thibodeau, soit Mmes Gisèle Thibodeau et Monique Thibodeau-Laflamme, étaient présentes à la tribune hier. J'aimerais vous faire part de certaines de leurs réflexions :

La célébration de n'importe quel anniversaire est une étape merveilleuse en soi, mais le fait de pouvoir célébrer son 111e anniversaire est en quelque sorte un miracle incroyable. Son esprit éveillé garde en mémoire des anecdotes d'une autre époque, qu'on ne retrouve plus maintenant que dans les livres d'histoire, mais qui reviennent magiquement à la vie lorsqu'elle raconte avec entrain le premier passage d'une automobile dans sa localité, son expérience d'institutrice dans une école d'une seule pièce, il y a 90 ans, ou le moment où elle a mangé une banane pour la première fois, alors qu'elle avait presque 40 ans. Mon anecdote favorite concerne la nuit où mon père est né à la maison, il y a presque 80 ans, alors qu'il neigeait et qu'elle pouvait entendre les clochettes des chevaux qui attendaient devant la fenêtre de sa chambre, pendant que leurs propriétaires étaient à la messe de minuit dans l'église à côté de la maison.

Ses grandes connaissances, son esprit vif, son humour pince-sans-rire et sa joie de vivre lui permettent toujours d'être un membre à part entière de sa communauté et de côtoyer des gens de tous âges. Même si une grande distance nous sépare, elle occupe une place spéciale dans nos cœurs. C'est un honneur de pouvoir dire qu'elle est notre grand-mère, et nous chérissons le temps qu'il nous a été donné d'être en sa compagnie.

Honorables sénateurs, je vous demande de vous joindre à moi pour adresser à Mme Thibodeau nos meilleurs vœux à l'occasion de son 111e anniversaire de naissance. J'espère sincèrement que je pourrai à nouveau vous donner de ses nouvelles à l'occasion de son 112e anniversaire.

Des voix : Bravo!

Retourner à : Dans la Chambre du Sénat