[ SkipToMainMenu ]

Le mercredi 1er mai 2019 - Déclaration - Les Acadiens du Nouveau-Brunswick

Les Acadiens du Nouveau-Brunswick

Cliquez ici pour visualiser la vidéo dans la Chambre du Sénat

L’honorable Rose-May Poirier : Honorables sénateurs et sénatrices, il va sans dire que, dans l’histoire de chaque culture, il y a des dates marquantes. C’est certainement le cas pour la culture acadienne.

Il y a 50 ans, le 18 avril 1969, sous la gouverne de Louis-J. Robichaud, surnommé « Ti-Louis », premier premier ministre acadien de l’histoire du Nouveau-Brunswick, l’Assemblée législative de Fredericton proclamait la Loi sur les langues officielles.

Cette loi énonce que le français et l’anglais sont les deux langues officielles du Nouveau-Brunswick. Elle reconnaît le droit fondamental des Néo-Brunswickois de recevoir des services gouvernementaux dans la langue officielle de leur choix.

Par le fait même, le Nouveau-Brunswick est devenu la seule province officiellement bilingue du Canada. Cette loi a eu pour effet de faire de la population francophone et acadienne du Nouveau-Brunswick des citoyens à part entière. Pour nous, les gens du Nouveau-Brunswick, cette date a changé notre vie, notre parcours et notre manière d’interagir avec nos voisins.

Cinquante ans plus tard, au Nouveau-Brunswick, nous bénéficions de droits linguistiques dans le cadre de notre système scolaire, de notre système de soins de santé et de nos centres de services. Certes, il existe toujours des enjeux et des obstacles à franchir. Cependant, la persévérance acadienne n’a pas de limite.

Tout comme après la Déportation de 1755, lorsque nous sommes retournés sur nos terres, et tout comme le personnage de Pélagie-la-Charrette d’Antonine Maillet, nous poursuivons notre chemin comme un peuple qui rêve grand, qui rêve de vivre et d’atteindre la prospérité dans sa culture et dans sa langue.

Acadiens et Acadiennes, Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises, soyons fiers de vivre dans une province qui reconnaît le statut égal de ses deux communautés linguistiques. La Loi sur les langues officielles demeure une réalisation de taille pour nous, non seulement en tant qu’Acadiens, mais aussi comme Néo-Brunswickois. Ensemble, célébrons ce moment historique et regardons vers l’avant avec l’espoir et l’optimisme de favoriser le plein épanouissement de nos communautés. Merci.

Des voix : Bravo!

Retourner à : Dans la Chambre du Sénat