[ SkipToMainMenu ]

Le mercredi 26 septembre 2012 - Grand-Pré, patrimoine modial de l'UNESCO

Grand-Pré, patrimoine mondial de l'UNESCO

L'honorable Rose-May Poirier : Honorables sénateurs, le 30 juin dernier, l'UNESCO a inclus Grand-Pré à sa liste des lieux constituant le patrimoine mondial. Cette liste restreinte comprend 750 sites mondiaux, notamment le canal Rideau, les Rocheuses canadiennes, le Vieux-Québec et maintenant le lieu historique de Grand-Pré.

Grand-Pré est reconnu pour son paysage splendide, unique et toujours intact. Cependant, comme Acadienne, il représente pour moi et des milliers d'Acadiens un lieu mémorable d'un des moments les plus tragiques de notre histoire, le Grand Dérangement.

Établi vers les années 1680 et situé tout près de la vallée d'Annapolis, en Nouvelle-Écosse, Grand-Pré a été un des premiers établissements canadiens et acadiens. Encore aujourd'hui, Grand-Pré continue de vivre avec les établissements originaux protégés par une conservation exceptionnelle. Le génie acadien a été primordial au maintien de ces établissements. Grâce au système des aboiteaux toujours fonctionnels, ils étaient essentiels aux récoltes annuelles et à la survie aux grands hivers nord-américains.

(1340)

C'est en 1755, année du Grand Dérangement, que Grand-Pré est reconnu comme un lieu mémoriel pour le peuple acadien. Chassés de leurs terres, nos ancêtres acadiens ont dû recommencer leur vie ailleurs. Qu'ils se retrouvent en Louisiane, au Québec ou en Nouvelle-Angleterre, le dispersement des Acadiens s'amorçait.

Malgré la séparation de plus de 12 000 Acadiens, la flamme acadienne illuminait toujours. En 1847, Longfellow écrit le poème d'Évangéline et de son amour éternel pour son amant, Gabriel, séparés par la déportation. Peu à peu, le peuple acadien forge son identité autour du poème, et il devient un mythe qui devient une réalité : les Acadiens ne perdront pas espoir et retrouveront leur terre, comme Évangéline qui retrouve son Gabriel.

Près de trois siècles plus tard, le peuple acadien a persévéré en retrouvant ses terres. Il n'oublie jamais ce passé tragique et célèbre, à chaque moment, ni la persévérance de ses ancêtres. Maintenant, l'UNESCO reconnaît à son tour ce caractère particulier de l'histoire acadienne et de sa culture.

Grand-Pré est le lieu mémoriel par excellence où les Acadiens se donnent rendez-vous afin de célébrer notre histoire et notre rassemblement, comme une grande famille. Je vous invite, honorables sénateurs et sénatrices, à vous joindre à nous afin de profiter de paysages magnifiques, de vivre dans un lieu historique toujours intact et de célébrer avec nous cette reconnaissance internationale.

Retourner à : Dans la Chambre du Sénat