[ SkipToMainMenu ]

Le mercredi 27 septembre 2017 - La cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption

La cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption

Félicitations à l’occasion de sa désignation à titre de monument historique national

L’honorable Rose-May Poirier : Honorables sénateurs et sénatrices, le 15 août dernier, la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, un pilier de l’histoire et de la culture acadiennes, a obtenu la désignation de monument historique national. Les travaux de construction de la cathédrale, érigée à l’instigation de Mgr Louis-Joseph Arthur Melanson, premier archevêque du nouvel archidiocèse de Moncton, ont débuté le 9 janvier 1938. Inauguré le 21 novembre 1940 en présence du cardinal Villeneuve, chef de l’Église catholique du Canada, ce bâtiment représente pour nous, Acadiens, un lien important entre le passé et l’avenir.

La pierre angulaire de la cathédrale est un don de l’exécuteur testamentaire de Mgr Marcel-François Richard, reconnu comme étant le père de l’Acadie moderne. On peut d’ailleurs lire sur cette pierre datant de 1914 l’inscription Ave Maris Stella, qui est l’hymne national des Acadiens. Une autre pierre a aussi été achetée par l’honorable Pascal Poirier, ancien sénateur acadien.

Les piliers de la cathédrale ont été sculptés pour représenter les métiers de nos ancêtres acadiens : bûcherons, laboureurs, pêcheurs et autres. Les vitraux de la cathédrale décrivent l’histoire du peuple acadien et, en 2006, une mosaïque de verre, créée par l’artiste Claude Roussel, illustre sainte Anne, patronne des Mi’kmaqs qui entretenaient des liens étroits avec les Acadiens.

Ce n’est pas un hasard si la cathédrale porte le nom de Notre-Dame de l’Assomption. Non seulement Mgr Marcel-François Richard avait à cœur la Vierge Marie, mais les Acadiens célèbrent leur grand jour le 15 août, fête de l’Assomption.

En dernier lieu, je ne peux passer sous silence l’excellent travail accompli par la Fondation de la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption. Vouée à la sauvegarde et à la restauration de l’église, la fondation veille au bien-être de la cathédrale et, grâce à son travail, la cathédrale se tiendra debout à tout jamais, car d’importants travaux de restauration ont déjà commencé. En outre, à l’aide de cette désignation à titre de monument national, la cathédrale devient non seulement un symbole de la culture acadienne, mais surtout un symbole du patrimoine canadien.

Honorables sénateurs et sénatrices, joignez-vous à moi afin de souligner cette reconnaissance nationale pour la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption et de féliciter tous ceux qui veillent à sa sauvegarde et à sa pérennité.

Merci.

Des voix : Bravo!

Retourner à : Dans la Chambre du Sénat